L’itinéraire

Nous avons suivi le littoral atlantique sur l’Eurovelo 1 alias La Vélodyssée, de Léon jusqu’à La Rochelle.

 

Notre matériel :

  • Théo : Vtt Rockrider XC (semi-rigide) avec une remorque Cargo II prêtée
  • Romain : Vtt Scrapper (semi-rigide) avec des sacoches de 2x15L et un sac de randonnée de 60L
  • Tente : Arpenaz Family 4.2, soit 2 chambres, un séjour et 13kg…

Le Voyage

Cette année nous avons décidé de partir pour la première fois en vacances sur la route. Notre bac en poche nous avons enfourché nos vélos pour relier Dax à La Rochelle.

Nous sommes partis à trois de Dax le 5 août pour deux semaines et demie de vélos avec leurs joies (rencontres, siestes…) et leurs galères.

Pour commencer nous allons nous  présenter : nous sommes deux étudiants amateurs de vélo et surtout d’aventure, Romain (à droite) et DSC07208Théo (à gauche). Nous avons décidé de partir au début de l’année 2014 sans itinéraire précis en tête, c’est en mai que l’on a décidé de partir dans les Landes, dont on nous a vanter les paysages et les reliefs quasi-inexistants.

Nous avons décidé de suivre la Vélodyssée alias Eurovélo 1 à partir de Léon jusqu’à la Rochelle en faisant le tour du bassin d’Arcachon.

Le 5 août : Départ de Dax, à trois.

Nous sommes partis le 5 août pour approximativement 2-3 semaines de voyage à vélo. Nous nous sommes rejoints à la Gare de Bordeaux pour aller ensemble jusqu’à Dax où nous sommes arrivés sur les coups de 14h.

Départ de la gare de DAX

Départ de la gare de DAX

Dès le départ de la gare, dans le centre le ville de Dax, un mauvais placement des affaires dans la remorque provoque  une déchirure du tissu de la parois de la remorque causé par le frottement des roues sur celui-ci. Nous arrivons finalement à sortir du centre ville pour nous enfoncer dans les immenses forêts sablonneuses des Landes. A mi-parcours le GPS (téléphone portable avec Google Maps) nous propose un chemin qu’il nous annonce « propice  au vélo »… Au bout d’un kilomètre nous nous embourbons dans des chemins de sable semblables à des chemins de plage mais nous avons aussi droit à des chemins boueux coupés par des grosses flaques d’eau qu’il faut éviter tant bien que mal. Au bout de 3 kilomètres, l’attache liant la remorque à l’essieu arrière lâche ce qui nous oblige à rouler doucement et éviter toutes bosses, de peur d’abîmer la roue (nous bricolons tout cela avec du raphia pour éviter que la roue ne sorte de son encoche). Vers 20h, nous arrivons finalement à Léon où nous plantons notre tente pour la première fois, dégoûtés et fatigués par les galères de cette première journée. Nous recherchions l’aventure : ça y est, nous y sommes.

Le 6 août :DSC06995

Très bonne nuit à l’aire naturelle du domaine du Cayre, à côté de Léon, propriétaires sympathiques qui nous ont invités le soir a partagé notre repas avec tout les campeurs dans la bonne humeur. Ce type de soirée était organisée le mercredi soir et était vraiment très agréable ! Le lendemain les propriétaires nous ont aussi dépannés en nous indiquant un loueur de vélo qui a réparé la roue, endommagée la veille, gratuitement et en nous fournissant de larges sacs poubelles pour mettre nos affaires à l’abri pendant que nous roulions. Nous conseillons cette aire naturelle à tous les cyclotouristes de passage dans la région pour son prix et à la fois pour son accueil chaleureux et sa tranquillité.

Le 7 août : DSC07004-5

Nous nous décidons finalement à partir de Léon (en prenant le chemin passant près de la plage) pour entamer la première étape du voyage sur la Vélodyssée de Léon jusqu’à Saint Julien en Born. Étape de 35 km, marquée par quelques dénivelés, mais nous arrivons avant midi à destination. Malheureusement, une fois arrivés au camping, notre camarade Florian (en haut à gauche sur la photo ci-contre et à gauche sur les photos précédentes) doit rentrer chez lui à cause de problèmes familiaux. C’est un nouveau coup dur mais nous ne nous laissons pas abattre : nous continuerons le voyage à deux.

Le 8 août :  DSC07011

Journée de repos au camping de Saint Julien en Born, nous planifions le voyage et nous redistribuons les affaires que Florian nous à laissées avant de s’en aller. Le soir, nous allons à la plage où nous rencontrons deux jeunes frères toulousains hyper sympas, tous deux en STAPS et amateurs de voyages avec lesquels nous faisons du beach volley jusqu’à tard dans la nuit après avoir pique-niqué sur la plage. Le moral revient et ces petites choses, aussi simples soient-elles, nous redonnent l’envie et la confiance nécessaires pour continuer.

Le 10 août :DSC07062

Après ce repos bien mérité nous reprenons la route, toujours vers le Nord, vers Sainte Eulalie en Born. Nous passons dans Mimizan-Plage et nous mangeons au bord du joli étang d’Aureilhan, au bord de l’eau et à l’ombre des arbres. Le parcours est très sympathique : entre forêt de pin et océan, quelques dunes se font sentir mais ne gâchent en rien le paysage. Le soir nous nous arrêtons en catastrophe et nous réussissons à trouver un camping vers 20h.

Le 11 août :DSC07107

Seconde étape d’affilée, nous filons vers Biscarosse-Plage où nous devons retrouver des amis pour quelques jours. A midi nous profitons du lac de Biscarosse (à Parentis en Born) pour nous installer et manger. Nous avons ensuite dû pousser nos vélos sur 10km pour franchir les 3 dunes qui séparent Biscarosse de Biscarosse-Plage. Les dunes nous ont achevés mais nous arrivons enfin chez nos amis.

DSC07133-8

Le 12 août :

Après les dunes de Biscarosse, le repos chez nos amis parisiens en vacances à Biscarosse-Plage nous fait du bien. Au programme : détente, plage et sorties ! La soirée fut vraiment cool mais il est temps de repartir.

Le 13 août :

Etape de 65 km de Biscarosse-Plage à Biganos, en faisant un arrêt obligatoire à la dune du Pila que nous avons grimpé vers 10h, lesDSC07157 jambes un peut lourdes. Après 30min de pause, nous revenons les vélos de peur de se faire voler la remorque qui nous a été prêtée. Pique-nique à Arcachon et passage au Décathlon (très difficile a trouver) pour quelques achats. Le trajet jusqu’à Biganos a été très difficile, nous arrivons vers 19h chez des particuliers rencontrés par le biais du site gamping.fr (cf Liens Utiles). Nous avons rencontré des jeunes vacanciers du Gers campant aussi dans leurs jardins qui nous ont invités à passé la soirée avec eux : ce fut une soirée mémorable !

Visitez leur page : Coin des Riders

Le 14 août :pique nique dans le petit port de Biganos

Journée à Biganos, rencontre avec un ancien cyclotouriste qui nous a donné des conseils pour nos prochains voyages en vélo (itinéraires, ravitaillement, etc…), nous avons aussi profiter de la piscine des gens chez qui nous étions et dîner devant le port de Biganos, petit port de plaisance très typique et agréable.

Le 15 août :DSC07208

Départ de la ville de Biganos, nous passons à la seconde moitié du voyage et commençons à être fatigués, mais nous entamons la plus grande étape du roadtrip : 80km de Biganos à Le Porge en passant par la point du cap Ferret. Nous rallions d’abord Ares puis nous filons vers la pointe du Cap Ferret. Le retour vers la Vélodyssée est plus difficile et nous arrivons finalement au camping vers 21h, très fatigués.

Le 16 août:DSC07227

Nous renonçons à une journée de repos pour scinder l’étape prévue le 17 jusqu’à Naujac Sur Mer et avancer jusqu’à Lacanau où un couple d’une extrême gentillesse nous proposa de nous héberger dans leur jardin pour la nuit en nous voyant sur le bord de la piste cyclable cherchant un camping. Cela nous a évité de payer le camping et nous a permis de faire l’une des plus belles rencontres de ce roadtrip. Nous avons pu  profiter d’un dîner devant le coucher de soleil sur le lac de Lacanau, journée très riche en rencontre.

 

Le 17 août: DSC07296

Nous partons de Lacanau et quittons nos amis à regret pour reprendre notre chemin sur la Vélodyssée, pas très développée sur certains tronçons : sur la photo ci-contre on peut voir une route sur laquelle notre remorque passait avec seulement quelques centimètres (4-5cm) de chaque côtés. Nous mangeons face à la plage à Carcans et nous quittons la Vélodyssée pour aller rejoindre notre camping situé dans les terres, proche de Naujac sur Mer.

Le 18 août:

Nous nous autorisons une petite journée de repos durant laquelle nous avons visité la ville d’Hourtin avec son lac et profiter un peu du camping.DSC07387-2 (7)

Le 19 août:

Nous reprennons la route pour partir vers Soulac sur Mer où nous arrivons à la mi-journée. Nous décidons donc de continuer pour tenter de passer l’estuaire de la Gironde avant la nuit, ce que nous faisons en prenant le bac entre la Pointe de Grave et Royan. Nous arrivons à Royan aux alentours de 18h où nous recherchons un endroit pour dormir et trouvons, en toquant à la porte d’un particulier, une adorable grand mère qui nous proposa de dormir dans son jardin pour la nuit.

Le 20 août:DSC07445

Nous repartons sur la Velodyssée, dépassant la Pointe de la Coubre et longeant la côte sauvage jusqu’à Arvert où nous plantons notre tente dans un camping. Le soir nous assistons a un feu d’artifice à Ronce les Bains.

Le 21 août:

Dernière journée de repos du voyage , nous en profitons pour visiter les secteurs ostréicoles d’Arvert et de la Tremblade ainsi que les alentours.

Le 22 août:DSC07524

Etape d’Arvert à Rochefort en passant par  Marenne. Nous visitons en passant Brouage et les villages alentours tel que Tonnay-Charente. Le soir après un crochet par le décathlon nous retrouvons une amie qui nous héberge pour la nuit avec qui nous avons passé une très bonne soirée, ce qui nous redonne des forces pour l’ultime étape du lendemain.

 

 

 

 

Le 23 août:DSC07566

Dernière étape, la fatigue se fait sentir, malgré l’étape de 40km nous sommes épuisés en arrivant à Virson notre destination (chez Théo, proche de La Rochelle). Journée difficile mais nous sommes accueillis comme des champions à notre arrivée, et nous sommes enfin arrivés ! Ce qui nous réjouit mais nous attriste aussi… Il faudra repartir se dit-on !

En conclusion , après 20 jours sur le vélo et 630 km au compteur, cette première expérience de voyage a vélo a été extrêmement positive. Les rencontres que nous avons faites sur la route resteront gravées dans nos mémoires et cela permet de se rendre compte des difficultés du quotidien quand on ne peut transporter qu’une vingtaine de kilos (maison comprise). Cela permet aussi d’apprendre à vivre dans la simplicité et de pouvoir toucher le sentiment de liberté souvent confus dans la vie quotidienne.

Si vous pouvez tenter cette aventure nous ne pouvons que vous le conseiller vivement ! (en passant par notre rubrique Nos Conseils bien sûr ^.^) .

Pour nous c’était la première fois et nous sommes certains que ce ne sera pas la meilleure et encore moins la dernière ! Nous sommes décidés à recommencer ! Nous étions jeunes (17 ans tous les deux) et avions du matériel de qualité médiocre… La prochaine fois ne pourra être que meilleure nous en sommes certains 🙂 🙂 🙂

Ecrit par Théo (Nitwith)

Revu et corrigé par Romain (AngeHell)