Aventure Cyclo

Le vélo comme outil d'exploration, de découverte et d'aventure...

La Loire à Vélo

L’itinéraire

 

Pour notre deuxième voyage , nous avons choisi la piste cyclable la plus roulée de France : La Loire à vélo ! Aussi appelée Eurovelo 6 (EV 6), elle s’étend sur 600km le long de la Loire et nous l’avons suivie de Saint-Nazaire au bord de l’Atlantique jusqu’à Orleans. Nous avons ensuite décidé de détours pour aller rencontrer de la famille et des amis notamment en anjou et en tourraine. Nous sommes finalement remonter sur Paris à travers la Beauce pour arriver chez Romain, en région parisienne.

Notre matériel

  • Théo : Vtt Rockrider XC (semi-rigide) avec des sacoches de 2x20L btwin
  • Romain : Vtt Scrapper (semi-rigide) avec des sacoches de 2x15L btwin et un sac de randonnée de 60L
  • Tente : Quick Hicker 3 (3.2 kg).

Le Voyage

Après les 630 km de la Vélodyssée , nous avons choisi de nous attaquer cette année à un parcours plus long car nous avons gagné en expérience , en équipement et surtout en âge , nous sommes désormais majeurs et vaccinés ! Nous avons donc décidé de ne pas planifier les hébergements et de partir à l’aventure libre du nombre de kilomètres réalisés par jour.

Nous avons quand même retenu quelques leçons de la Velodyssée, ce qui nous a conduit à investir dans une nouvelle tente (poids divisé par 4), des sacoches pour Théo, un chargeur solaire pour être autonome niveau électricité (donc principalement téléphone et appareil photo) et le guide de la Loire à Vélo réalisé par le Routard pour nous diriger et avoir un aperçu des hébergements et curiosités autour de notre parcours.

Le 2 Août (14.4km) :Nous

Après le voyage en train jusqu’à Saint-Nazaire, nous décidons de faire un petit crochet par Pornichet à 14km pour voir une amie . Sur la place de la gare nous faisons la première rencontre du voyage avec un homme sympathique qui doit prendre son train, nous ne restons pas longtemps avec lui mais il nous a dit une jolie phrase qui nous fait réfléchir : « Le sac à dos mettra le Club Med en faillite ». Puis, quittant notre penseur des rues, nous repartons et passons un après-midi de détente sur la plage de Pornichet ainsi qu’une très bonne soirée : le voyage commence bien !

Soirée à pornichet, nous 3

Soirée à pornichet , nous 3

(Merci Agathe)

Seulement 14 km au compteur , au vue des étapes suivantes , celle ci est négligeable mais nous passons un bon moment !

Le 3 Août (80km) :

Première (vraie) étape du voyage : nous partons à l’aube en remerciant notre amie et prenons

Pont de Saint-Nazaire - Dangereux

Pont de Saint-Nazaire – Dangereux

la route de Nantes en rejoignant  la Loire à vélo que nous avions laissée à Saint-Nazaire. Vers midi nous affrontons la première difficulté du voyage : Le Pont de Saint-Nazaire qui enjambe l’estuaire de la Loire… Le pont en lui même, composé d’une côte à 5.6%, n’était pas une difficulté insurmontable, mais la bande cyclable de seulement 50 cm ainsi que les nombreux semi-remorques qui nous dépassent à 70 km/h, ajoutés au vent à 50km/h qui nous pousse vers eux nous fait une belle frayeur !

Après cet entrée en matière déroutante, nous retrouvons la Loire à Vélo à la sortie du pont et roulons durant 50 kilomètres entre pistes cyclables et voies partagées vélo/voitures. Trajet très agréable le long du canal de La Martinière, malgré un temps légèrement nuageux. Dès nos premiers kilomètres sur cette piste, nous sommes surpris par le nombre de cyclotouriste rencontrés : énormément de vélo sur la route et souvent de nationalités variées ce qui nous fait très plaisir.

La nuit approchant et les kilomètres défilant (près de 80km déjà au compteur) nous franchissons la Loire via un bac vers la commune de Couëron où nous plantons pour la première fois notre tente dans un champs : notre premier camping sauvage ! Et ce ne sera pas le dernier…

Le 4 Août (60.8km) :

Nantes et l'esplanade des machines

Nantes et l’esplanade des machines

Après l’étape de la veille (80 km) nous décidons de rouler plus doucement : durant la plus grosse étape de notre voyage de l’année dernière sur la Vélodyssée nous avions parcouru 82 km (Biganos-Cap Ferret-Le Porge). Nous arrivons donc tranquillement à Nantes pour déjeuner, nous allons sur l’esplanade des machines pour profiter des allées et venues de l’imposant éléphant de bois tout en se reposant.
Après Nantes, nous nous arrêtons dans un camping à La Varenne (11 euros pour 2), ville en pente et peu vivante : nous arrivons à l’épicerie vers 18h45 en nous dépêchant et la gérante est déjà en train de fermer la boutique ! Résultat des courses, seulement une soixantaine de kilomètres pour cette journée de repos.

Le 5 Août (63.6km) :

Voyager à vélo rend heureux

Voyager à vélo rend heureux

Revigorés par notre nuit en camping nous repartons sur la Loire à Vélo ! Nous mangeons à Ancenis et faisons la connaissance de cyclotouristes parisiens très gentils nous disant avoir loué des vélos tout équipés à Angers, ils nous disent ensuite vouloir relier Bordeaux en sautant d’hôtel en hôtel. Nous leurs souhaitons alors bon courage et roulons vers Chalones-sur-Loire. La soirée arrive vite et nous décidons de camper sur la basse île, nous cherchons où bivouaquer et finissons par trouver un petit coin de paradis à quelques mètres de la Loire. Malgré les rafales de vent nous réussissons à allumer notre réchaud et mangeons les pieds dans le sable, face au magnifique coucher de soleil. Là-bas nous étions seuls, au milieu de la nature et des éléments : l’eau de la Loire si proche de nous, le feu du soleil réchauffant nos visages de ses ultimes rayons, l’air qui souffle en rafale au fil de la Loire, et la terre sur laquelle nous campons… Au milieu de cette nature sauvage, seules les mouettes peuvent vous embêter, mais elles le font bien et dès 6h du matin ! 😉

bivouac à Challones-sur-Loire

Bivouac à Chalones-sur-Loire, coin magnifique

bivouac à Challones-sur-Loire , coin magnifique

 

 Le 6 Août (67.8km)  :

vue de la tente en bivouac

Vue de la tente en bivouac

Nous sommes réveillés au petit matin et plions rapidement la tente , le bivouac n’est toléré qu’entre 22h et 8h et les bords de Loire sont généralement pentus ce qui rend le repos plus compliqué. Nous quittons à regret ce bel endroit pour partir en direction d’Angers. En s’arrêtant acheter des melons chez un producteur local , nous choisissons de réaliser un détour dans la Loire à vélo pour passer au centre de la ville d’Angers, boucle légèrement plus longue mais qui en valait la peine.

Avant d’entrer dans Angers nous arrêtons dans un petit village nommé Béhuad que nous avons beaucoup aimé : de petites rue pavées entourées de charmantes maisons, un grand autel en extérieur et un sanctuaire construit sur un rocher sombre… Le tout sur une île ! C’était sublime et nous le recommandons absolument !

petit village de behuard

Petit village de Béhuard

Angers

Angers

Nous nous dirigeons ensuite sur Angers où nous visitons la cathédrale qui nous déçois légèrement par son manque d’ornement, et son aspect non entretenu. Nous nous baladons ensuite dans le centre ville et essayons tant bien que mal de retrouver la Loire à Vélo pour sortir de l’agglomération mais c’est peine perdue… Finalement nous sortons de la ville à la boussole et retrouvons la piste cyclable à 10km d’Angers, au milieu de Trélazé. Après ce petit contretemps, nous arrivons en début de soirée au bac manuel traversant lAuthion, situé à l’est d’Angers et nous y sommes accueillis par deux charmants employés de la Loire à Vélo à qui nous donnons des renseignement sur notre parcours (sondage) et qui nous donnent même des gilets jaunes Loire à Vélo (voir photo en fin d’article).

Après le passage du bac, nous sommes épuisés et nous arrivons à 19h30 dans le camping du port Caroline à Brin-sur-l’Authion, 10km plus loin. A notre arrivée, la gérante nous annonce que toutes les supérettes du coins sont fermées alors que nous n’avions seulement du riz pour manger le soir. Elle nous propose alors des frites cuites pour un repas « Moules/Frites » organisé le soir au camping. Ouf ! C’est loin d’être un repas équilibré (riz/frites/ketchup) mais au moins nous nous endormirons avec quelque chose dans le ventre.

Le 7 Août (56.8km) :

Beaufort en vallée

Beaufort en vallée

Nous quittons la Loire à Vélo de bon matin pour partir vers Beaufort en vallée et retrouver de la famille. Nous trouvons de belles pistes cyclables, très agréables, et arrivons pour manger à Beaufort. Nous partons ensuite vers la Touraine pour dormir dans la famille le soir. Dès le départ de Beaufort les choses se gâtent : notre GPS nous indique des chemins de plus en plus étroits et perd peu à peu son signal de localisation pour finalement nous lâcher à 15 km de l’arrivée, au milieu des bois.

Perdus en tourraine

Perdus en tourraine

Heureusement : Romain a pris la précaution de prendre des cartes du secteur et sa boussole ! Nous arrivons fatigués dans la famille, vers 18h. Après tant de pistes cyclables nous commencions à nous habituer et ces chemins nous ont donné du fil à retordre.

Le 8 Août (repos) :

Arrivés dans la famille, nous choisissons de rester une journée pour nous reposer avant de repartir, ce qui nous permet de recharger nos batteries, de prendre une douche bien méritée et de bien manger pour être en pleine forme ! (car même si nos repas sont équilibrés, ils ne sont pas toujours très bon :D)

Le 9 Août (85.7km) :

Langeais

Langeais

Bien reposés nous partons à 10h en direction de Langeais pour rejoindre la Loire à Vélo. L’itinéraire est vallonné et pas toujours carrossable mais le GPS tient bon et nous arrivons à Langeais vers midi où nous trouvons un grand marché sur lequel nous faisons quelques provisions pour la route. Et nous retrouvons la Loire à vélo direction Tours !

 

Hotel de ville de Tours

Hotel de ville de Tours

Dans l’après midi nous visitons la cathédrale de Tours, qui est très belle, ainsi que le parc des Beaux Arts composé d’un énorme et superbe cèdre du Liban datant de plus de 200ans. Après un passage dans la vieille ville nous partons vers Montlouis-sur-Loire où nous trouvons des coteaux idéals pour poser la tente ! Nous voyons quelques montgolfières puis nous assistons à un coucher de soleil magnifique aux teintes rouges exquises et finissons par nous endormir après une étape de plus de 85km.

cathédrale et jardin du musée des beaux Art de Tours

Cathédrale et jardin du musée des Beaux Arts de Tours

coucher de soleil magnifique à MontLouis-sur-Loire

Coucher de soleil magnifique à Montlouis-sur-Loire

coucher de soleil magnifique à MontLouis-sur-Loire

 

Le 10 Août (75.9km) :

bivouac de montLouis-sur-Loire

Bivouac de Montlouis-sur-Loire

Partis dès le matin de Montlouis, nous arrivons à Amboise en milieu de matinée. Nous atteignons à l’occasion les 444,44 km depuis le départ de saint Nazaire. Nous reprenons la route vers Blois, où nous arrivons dans l’après-midi. Nous rencontrons en roulant des cyclotouristes espagnols dont le guide parle français, ils ont fait 70km et il est 17h , nous sommes d’autant plus surpris que la moyenne d’âge du groupe tourne autour des 60 ans !

bivouac de Cours-sur-Loire

Bivouac de Cour-sur-Loire

A l’entrée de Blois nous filons car il est déjà tard, nous nous arrêtons à Cour-sur-Loire, village mignon conseillé par l’oncle de Romain. Nous repérons une petite île et montons la tente à l’abri des regards après quelques 75km.

 

 

bivouac de Cours-sur-Loire

Vue depuis le bivouac de Cour-sur-Loire

.

Le 11 Août (91km) :

Cathedrale d'Orléans

Cathédrale d’Orléans

Réveillé par les mouettes (comme toujours en bord de Loire) nous rangeons nos affaires et partons avec comme objectif Orléans, à 70km. Nous arrivons à Beaugency pour midi et passons devant le grand labyrinthe de maïs de la ville. Poussés par le vent nous roulons vite jusqu’à Orléans. Arrivés dans la ville nous passons dans le centre et arrivons à la cathédrale qui est, pour nous, la plus majestueuse du voyage ! L’intérieur est richement décoré avec les armoiries des grandes familles de la région, quant au bâtiment en lui-même il est très lumineux et raffiné à l’intérieur et l’extérieur ne jure pas : très imposante mais néanmoins détaillée, nous trouvons là une vraie pièce d’art.

Cathedrale d'Orléans

Cathédrale d’Orléans

Nous passons dans une grande surface pour faire le plein de nourriture jusqu’à la région parisienne car on nous a affirmé que notre trajet serait très isolé (la Beauce).

Nous quittons définitivement la Loire à Vélo vers 19h pour partir vers le nord. Nous entrons dans la forêt domaniale d’Orléans à 20h et surpris par sa taille nous n’en ressortons qu’à 22h30 épuisé ! Le premier village rencontré (Saint-Lyé-la-Forêt) fait office de camping et nous plantons la tente dans un champs, dans la nuit noire, à quelques mètres d’habitations. Il est trop tard pour sortir notre réchaud et nous faire à manger, et pourtant la fin de journée a été rude : nous avons fait plus de 90km et nous avons pris de l’avance pour la traversée de la Beauce. Avant de dormir nous sortons les cartes et planifions le trajet du lendemain en essayant de prendre les routes les moins fréquentées.

Le 12 Août (90.7km) :11823066_497660970404700_5915083240809477364_o

Au petit matin , la fatigue se fait sentir mais nous partons sur les départementales. Rapidement nous nous retrouvons entourés de champs, sans habitation à l’horizon et les villages croisés sont désert. Nous arrivons à Sermaises, à la lisière de l’Essonne (Île de France),  pour déjeuner après 30 km, vent de face et sans aucune ombre. La pause est l’occasion d’une sieste méritée puis nous repartons vers Étampes pour arriver vers 18h à Vert-le-Petit, notre destination finale avec 92 kilomètres dans les jambes.

Conclusion

En conclusion, après 8 jours sur le vélo et 689 km au compteur, cette seconde expérience de voyage a vélo a été comme toujours positive. Cette fois-ci avec beaucoup moins de pause et plus de kilomètre parcourus. En effet, nous avons roulé plus de kilomètres (630 l’année dernière) en divisant le temps de voyage par deux. Nous étions très surpris de nos résultats mais après réflexions nos équipements ont beaucoup évolué ainsi que nos musculatures qui se sont habituées aux longs efforts. C’est donc encore de très bonnes vacances que nous avons passé tous les deux, avec de belles rencontres mais moins que sur la Vélodyssée à cause de notre rythme plus rapide et des bivouacs qui ne sont pas très propices aux rencontres.

Néanmoins l’expérience de la Loire à Vélo nous a beaucoup plu ! Notamment grâce au parcours bien balisé et très joli et verdoyant, mais aussi grâce aux nombreux cyclotouristes qui ont croisé notre chemin. Un seul point noir : l’application « Loire à Vélo » qui ne nous a été d’aucun secours pour retrouver l’itinéraire ou pour contacter des hébergements… A travailler ! Et en attendant : merci Le Routard ! 😉

Si vous pouvez tenter cette aventure nous ne pouvons que vous le conseiller vivement ! (en passant par notre rubrique Nos Conseils que nous avons renflouée !).

 DSC08069

Ecrit par Théo (Nitwith)

Revu et corrigé par Romain (AngeHell)

19 comments

Add yours →

  1. superbes photos et félicitation pour le road book.Nous avons manqué de courage pour prendre des notes.L’année prochaine vous pouvez vous attaquer à la route 6 vers Budapest,ce n’est pas la grande aventure mais quand même une belle expérience.Le plus dur sera de ramener les vélos,nous avons trouvé difficilement des cartons à Buda (3hrs de recherche)pour les mettre en soute dans l’avion.Par le train il y a pas moins de 7 changements pour Toulouse sans garanties de correspondances,la galère assuré quoi.Pour la prochaine nous pensons expédier les cartons pliers dans un camping, pas de surprise pour les dimentions.

    • Merci pour vos encouragements !
      Oui nous rêvons un peu de faire une eurovélo en entier mais l’année prochaine cela risque d’être compliqué car il faudra sûrement que je trouve un logement près d’une école d’ingénieur après mes concours, elle sera peut-être sur toulouse qui sait ? 😉
      Nous allons probablement faire la ViaRhôna dans le Sud-Est mais rien n’est encore sûr !
      A bientôt sur la route !
      Romain

  2. Hello, nous faisons également des randos vélos et avons rencontré cet été des personnes ayant fait l’Euro vélo 6 dans son intégralité jusqu’à la mer noire et qui sont rentrés avec leurs vélos grâce à des cars roumains qui font des liaisons jusqu’en France pour les travailleurs étrangers (2 jours et demi de voyage ).

    • Ça fait rêvé quand même 😀
      Se dire qu’à la force de ses jambes on peut aller n’importe où… Tout en ayant le nécessaire de vie (et même le confort rudimentaire) avec soit…
      Vive le cyclo-camping !! Hahaha

  3. Sympa votre reportage.Merci pour le partage.
    Ayant eu la chance de faire ce beau parcours, j’ai retrouvé pas mal d’analogies avec mon expérience.
    Vive la Rando-vélo.

    Je vous souhaite de très nombreuses autres aventures.
    Bien cordialement

    Pierre

  4. Bravo pour le road trip et le partage du blog bien sympa.
    Serge

    (Ps : c est Amboise pas de r…)

    • Merci
      (merci pour la faute de frappe, on se relit mais je suis sûr qu’il reste des fautes de frappes et de français ^.^)

  5. cool !!! bravo

  6. il faut être jeune pour faire ce voyage et avoir du mérite
    Bravo A tous les deux
    Nous vous attendons en Aveyron.
    Papy et Mamie

  7. Bonjour .
    Nous sommes un couple de retraités faisant du cyclotourisme depuis 30 ans et projetons la loire en vélo notre route sera Nevers Nantes avec quelques bagages et hébergerons dans des Hotels ,chambres d’hôte ,et site Warmshowers .
    Faut-il mieux prévoir tous les hebergements à l’avance ou pas ,nous pensons faire 60 à 70 kms jour qu’en pensez vous (c’est la première fois que nous partons en couple en itinérant )
    Bien cordialement. Françoise Jean-Pierre Devin

    • mariethé bilocq

      21 juin 2016 — 17 h 21 min

      bonjour, je desire faire la loire en velo à partir de nevers ; ma question concerne l’hébergement ; je trouve que tout ce qui est proposé est assez onereux ; quen pensez vous ? les prix correspondent pour au minimum deux personnes mais pour une personne seule ???? en ce qui concerne le camping : en plus des bagages , tirer une tente + un matelas + un sac de couchage, cela me paraît beaucoup ….
      merci de votre aide

      • Nous n’avons pas utilisé le réseau touristique autours de la Loire à Vélo mais nous avons pu voir qu’il est très développé et que l’offre est de qualité. La clientèle cible est plutôt étrangère et aisée. Le camping reste une bonne solution si vous n’avez pas un budget de folie. Avec un bon équipement (sacoche Ortileb ou Vaude) et une tente de randonnée au alentours des 5kg et pour les plus lourdes, la charge est presque imperceptible.

        Le poids dépends plutôt de la durée du voyage. Si c’est seulement quelques jours la charge ne sera pas un soucis mais si le voyage dure plus d’une semaine, la charge se fera plus sentir et ça peux devenir compliqué pour du cyclotourisme pur.

  8. Sympa votre récit…vous montrer que l’on peut allier ‘simplicité ‘avec ‘plaisir’.de votre point de vue en faisant le trajet de l’Ouest vers l’Est quel côté de la Loire est le plus agréable et mieux aménagé pour le vélo ? Soyons simple la rive à notre gauche ou à notre droite? Merci

    • Nous avons suivi la loire à vélo qui n’est pas toujours sur les deux rives du coup je ne pourrai pas vous recommander une rive mais le parcours en général est très plaisant sur les deux rives.

  9. Merci, votre site est fantastique !
    Ce ne sont pas les généralités que l’on trouve partout mais un vrai partage d’expérience, c’est exactement ce que je cherchais.
    C’est facile à lire, illustré par des photos sympas et vos conseils sont précieux.

    Un grand merci et bonne continuation dans vos aventures !

  10. Bonjour, j’avais lu avec intérêt le récit de votre voyage en pensant au futur mien
    BRAVO!!!
    Du coup, je me permet de partager le diapo de mon trip à vélo sur la Loire avec un bonus pour terminer…
    Des bons souvenirs !!!
    https://youtu.be/aaHQIqwEfaY

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

© 2017 Aventure Cyclo. Theme by Anders Norén.